Turn the ship around !

David Marquet, un commandant de sous-marin nucléaire en mode 3.0 !

  • 9 octobre 2018
  • Didier Bourdenet

David Marquet, un commandant de sous-marin nucléaire en mode 3.0 ! Un livre passionnant qui se dévore de bout en bout (NB : en anglais, il n’a pas été traduit en français, dommage. !)

 

Turn the ship around !

 

David Marquet est une personne surprenante. Alors commandant de sous-marin nucléaire dans l’US NAVY, il a décidé…..de ne plus jamais donner d’ordre !

 

C’est sur cette décision pour le moins surprenant que le Cdt David Marquet nous entraine dans son aventure où « à la poursuite d’octobre rouge » rejoint le « Seven habits of higly effective people » de James Covey

David nous raconte comment il gravit patiemment tous les échelons qui mènent au commandement d’un sous-marin nucléaire. Officier chevronné il est formé pendant 1 an afin de prendre le commandement de l’USS Olympia, un sous-marin nucléaire lanceur d’engins. Il apprend tout du sous-marin : le pédigrée de chaque membre d’équipage, les rapports d’exercices navals, les rapports d’entretien, bref : tout

Tout se déroule parfaitement lorsque 4 jours avant sa prise de fonction, l’amirauté change son affectation pour l’USS Santa Fe…..petite différence me diriez-vous, sauf qu’il s’agit du pire sous-marin de la NAVY !

❝Tout ce qu’il a patiemment étudié est inutilisable❞

Les évaluation annuelles de l’USS Santa Fe sont médiocres et un très fort turnover parmi les sous-mariniers attestent d’une l’ambiance exécrable qui y règne….bref, pour la faire courte : le Sant Fe est la risée de la flotte du pacifique.

Cerise sur le gâteau, il s’agit d’un sous-marin nucléaire d’attaque. C’est un bâtiment totalement différent de celui pour lequel David a été formé. Tout ce qu’il a patiemment étudié sur l’USS Olympia est inutile et il va rapidement l’apprendre à ses dépends

 

En effet, lors d’un exercice en plein mer, le Cdt Marquet donne un ordre qui est relayé par son second tout au long de la chaine de commandement pour arriver à un matelot visiblement très très embarrassé…Pourquoi ? Tout simplement parce que cet ordre est impossible à exécuter sur ce modèle de sous-marin plus récent ! Pourtant l’officier savait que cela était impossible mais les ordres ne se discutent pas !

❝Un changement de culture indispensable❞

David Marquet prend conscience alors que le fonctionnement vertical leader/suiveur qui est la base même de la NAVY créé une situation de dépendance très forte envers le leader, transformant ses subordonnés en simple figurants. David Marquet réalise qu’il est un véritable danger pour son équipage (vous l’aurez compris l’USS Santa Fe n’a rien à voir avec l’USS Olympia) et décide de changer le système en passant d’une culture de leader/follower à une culture de leader/leader.

 

Comment ?

 

Tout d’abord en décidant de ne plus donner d’ordres mais en exprimant clairement ses intentions. Plutôt que de donner un cap, une profondeur, une vitesse, etc. il préfère expliquer ses intentions à son équipage en disant « je veux que le sous-marin soit positionné à telle heure à tel endroit, telle profondeur, etc. ». A partir du moment où l’objectif est clairement décris, c’est à l’équipage de faire le job.

Marquet appelle cela transférer le contrôle car cette fois-ci, la responsabilité va peser sur l’encadrement qui à son tour va le transférer sur l’équipage.

 

❝7 étapes de paperasse pour des demandes de permission❞

 

Un point hautement symbolique, les permissions ! Pour un matelot, une demande de permission doit remonter 7 échelons successifs…. Inutile de dire que les dysfonctionnements sont légions et la frustration généralisée.

Le commandant décide que dorénavant, les chefs d’équipe approuveront directement les permissions…là encore, il déplace la responsabilité sur les supérieurs directs… à eux d’anticiper sur les besoins du sous-marin et le planning des opérations.

Donner de l’autonomie à l’équipage nécessite une montée en compétence.

L’équipage ne peut plus se contenter de suivre aveuglement les ordres « du pacha ». C’est pourquoi, il mettra en place un système de formation intensif qui aura pour résultats un nombre incalculable de promotions. Aujourd’hui, de nombreux collaborateurs de David Marquet sont devenus à leur tour commandants, officiers, sous-officiers dans d’autres bâtiments.

 

 sous marin nucléaire en mode 3.0

Un sous-marin nucléaire en mode management 3.0 ?

Nous n’en sommes pas très loin vu le haut degré d’autonomie dont dispose l’équipage.

Toutefois, le Cdt Marquet a conservé des prérogatives spécifiques, notamment celle de donner l’ordre de tirer une arme que cela soit une torpille et un missile. De même il a utilisé son autorité afin d’imposer un système de quart équitable entre les membres d’équipage et les chefs d’équipe

 

Un an après sa prise de commandement, l’USS Santa Fe est devenu le bâtiment le mieux noté de toute la flotte américaine, le moral est excellent et signe qui ne trompe pas, le taux de re-enrôlement  n’a jamais été aussi fort.

C’est d’ailleurs le signe le plus tangible de l’efficacité de son management, même après son départ de l’USS Santa Fe, le sous-marin a continué de fonctionner sur le même modèle d’excellence, année après année. Comme si un codage génétique était définitivement ancré dans le sous-marin, indépendant de son capitaine !

Que faut-il retenir ?  les 4 C !

 

  1. Control : donner le contrôle au lieu de prendre le contrôle. En passant de l’ordre à l’intention on libère ses collaborateurs car l’important c’est le résultat final, pas le chemin que l’on prend pour y arriver. Il faut faire confiance à leur sens des responsabilités et volonté de bien faire
  2. Clarity : il faut que la prise de décision se fasse au plus près de celui qui a l’information. En effet, la plupart des décisions peuvent être prises par les personnes elles-mêmes à partir du moment où la vision et les objectifs ont été clairement explicités
  3. Compétence : toute autonomie nécessite en contrepartie une montée en compétence de l’équipe et donc un investissement fort en formation.
  4. Courage : celui de résister à retourner au bon vieux modèle verticale Leader/follower. Cela suppose d’apprendre par des retours d’expérience fréquents

A voir, cette animation commentée par David Marquet (anglais sous titré en français);  https://www.youtube.com/watch?v=6rt9HDfYdPg

 En conclusion :

Nous ne pourrons jamais vous aider à commander un sous-marin nucléaire par contre vous pouvez faire appel à nous pour mettre de l’agilité dans votre organisation !  plus d’info ici !

 

 

Home

  1. […] vers l’entreprise libérée prônée par un Isaac Getz ou un David Marquet […]

Les commentaires sont fermés.